Fire Emblem: Shadows of Tomorrow

Un forum RP de Fire Emblem avec une nouvelle histoire! Jouez VOTRE personnage!
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tear - Rifis

Aller en bas 
AuteurMessage
Tear
Marchand
Tear

Nombre de messages : 124
Age : 26
Pays : Sur les routes
Date d'inscription : 12/06/2008

Feuille de personnage
Ecus: 1300
Niveau:
7/20  (7/20)
Equipement:

MessageSujet: Tear - Rifis   Sam 14 Juin - 10:22

Bon, je vais inaugurer cette partie avec un soutien entre Tear, mon personnage, et Rifis, son renard (et ouai, les soutiens avec les animaux ne sont pas interdit d’après ce que j’ai lu ! Mais vous inquiétez pas, je n’ai pas encore de tendance Zoophile. =P). Enfin bon. J’espère qu’il est bien et conforme (même si j’avoue avoir un peu triché… mais ça, vous allez le voir vous-même. XD).


[Soutien C] [Point de vue de Tear]

[Tear]
« C’est l’hiver. Un hiver froid. Une personne marche sur un chemin dans la forêt, les bras serrés contre elle pour se réchauffer.

[Tear] Brrr… sale temps. Pourquoi faut il toujours qu’il fasse froid en hiver ? Et puis cette neige… quelle plaie.

Tear regarde à gauche et à droite, puis baisse la tête d’un air dépité.

[Tear] Aucune chance de croiser un pigeon sur les routes dans ces conditions. Comment je vais faire pour m’acheter quelque chose à manger sans argent, moi ? Ne parlons même pas de trouver un toit où dormir...

Le jeune homme secoue ses sacoches en espérant y dénicher une morceau de pain égaré : mais franchement, comment de la nourriture se serait elle retrouvée là par hasard, alors qu’il a fouillé dedans il y a de cela une petite dizaine de minutes ? Bref, il ne trouve absolument rien et commence à se demander si le tissu a bon goût…

[Tear] Avec un peu de chance je vais trouver quelques baies dans ces buissons au bord du chemin…

Il s’arrête quelques instants, puis se met à rire de sa propre bêtise.

[Tear] Des baies en hiver ? Ma tête serait elle aussi vide que mon estomac ? Bon… Faute de nourriture, je dois au moins trouver un endroit où dormir. Un arbre quelconque devrait faire l’affaire, du moment que je suis à l’abris des bêtes sauvages…

En repérant un aux branches suffisamment hautes pour être à l’abri, et à l’air suffisamment solide, il s’en approche et se prépare à l’escalader. Mais une flèche se plantant dedans, après être passé à quelques centimètres de sa tête, l’en dissuade expressément : on ne contredit des signes pareils, surtout quand ils peuvent te percer sans problème le crâne. Il se retourne pour voir d’où venait le projectile et aperçois une petite bête orange qui coure, poursuivie par des chiens et des personnes à cheval armées d’arcs.

[Tear] Pauvre bête… encore une victime de la cruauté humaine. Bon, c’est vrai que j’suis plutôt mal placé pour dire ça, vu que je suis dans le groupe des deux pattes.

Le renard continue de courir, mais commence à se faire rattraper par les molosses les plus rapides. Il tente de passer entre les jambes de Tear pour regagner la forêt mais se retrouve plongé dans un sac de toile.

[Tear] Reste ici, toi.

Les cavaliers arrivent, et s’arrêtent devant le marchand.

[Un des cavaliers] Merci bien. Celle sale bête nous a fait parcourir la moitié de la forêt ! Nous sommes épuisés !
[Tear] Oh, que je vous plains… c’est vrai que c’est épuisant de tenir assis sur un cheval.

Le cavalier semble ne pas comprendre le sarcasme et continu.

[Cavalier] A présent, passez le moi : je vais me faire quelques chaussons avec sa fourrure pour compenser.
[Tear] Ah, désolé, mais je n’peux pas.
[Cavalier] Comment ?! Mais… il est à nous !
[Tear] Ah bon ? Pourtant je crois me souvenir que c’est moi qui l’ai attrapé dans ce sac de toile.
[Cavalier] Mais on le course depuis aux moins trente minutes !
[Tear] Et moi il m’a fallu moins de trente seconde pour l’empaqueter : je suis donc le plus méritant.
[Cavalier] Manant !
[Tear] Merci bien. A présent, excusez moi mais je vais reprendre ma route avec ma prise. Au plaisir.
[Cavalier] Ce comportement vous attirera des problèmes un jour !
[Tear] Ah ? Pour l’instant il n’a fait que me rapporter un magnifique renard roux.
[Cavalier] …

Le cavalier fait tourner les sabots à son cheval et s’en va. Il engage ses compagnons à en faire de même et ils disparaissent à l’horizon, accompagnés de leurs chiens.

La neige continue de tomber… »


Tout ça, c’était il y a à peine plus d’un an, Rifis. Je me demande si ça t’a marqué autant que moi… Hé ! Pourquoi me regardes tu comme ça ? Tu t’en souviens toi aussi ? M’enfin bon… il n’empêche que j’ai franchement eu de la chance de te rencontrer. Avant, je traînais toujours seul sur les routes, me parlant à moi-même pour me donner l’impression d’une présence. Je pense qu’au bout d’un moment, j’aurais fini par devenir fou.

Rifis se lèche doucement la patte droite, puis regarde Tear avec des yeux pleins de tendresse.

[Tear] Bon… c’est pas le moment de s’émouvoir : j’aperçois un client potentiel à l’horizon ! Aller, retourne dans ta sacoche ; je m’occupe du reste. Avec un peu de chance on aura un bon repas, ce soir !

[Fin du soutien C] [Point de vue de Tear]

_________________
I look at the world trough apple eyes... ~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hathor
Shaman
Hathor

Nombre de messages : 154
Age : 25
Pays : Guilde des Mages du Ciel
Date d'inscription : 28/01/2008

Feuille de personnage
Ecus: 100
Niveau:
6/20  (6/20)
Equipement:

MessageSujet: Re: Tear - Rifis   Sam 14 Juin - 11:05

Oh, c'est bô *-* !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ijart
Druide
Ijart

Nombre de messages : 531
Age : 26
Date d'inscription : 07/08/2007

Feuille de personnage
Ecus: 10000
Niveau:
18/20  (18/20)
Equipement:

MessageSujet: Re: Tear - Rifis   Sam 14 Juin - 11:06

Mmmh... Ce texte aurait sa place dans la partie biographie bien plus qu'ici je trouve. Bon, je ne dis rien sur le contenue hein, c'est Tear on va pas tagiverser sur le fait que se soit bien écrit ^^

_________________

Ijart's battle thème: Hand of Sorrow (Within Temptation)

"Je ne suis plus un homme, mais un élu. Seuls les dieux sont au dessus de moi, et le conseil est le seul dieu de ce monde. Vous, vous n'êtes que des hommes qui devraient servir Dieu."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tear
Marchand
Tear

Nombre de messages : 124
Age : 26
Pays : Sur les routes
Date d'inscription : 12/06/2008

Feuille de personnage
Ecus: 1300
Niveau:
7/20  (7/20)
Equipement:

MessageSujet: Re: Tear - Rifis   Sam 14 Juin - 12:05

Merci, ça fait plaisir. ^^
Et je ne mets pas dans la partie biographie car le suivant servira à faire progresser leurs relations, et le C est essentiel à ça.

Sinon…

[Soutien C] [Point de vue de Rifis]

Un de ces maudits bâtons pointu fuse dans l’air. Rifis tourne sur la droite et le voit se planter à moins d’un mètre de lui. Bon sang ! Mais qu’es-ce qu’il avait fait ?! A part manger quelques mulots et effrayer quelques poules, il était blanc… comme neige, si on peut dire. Ces stupides volailles avaient elles porté plainte ?

Courir. Toujours courir. Si jamais il fatigue, c’est la mort assurée. Le bruit de ces bêtes sauvages (des « chiens », d’après ce qu’il a compris) aboyant sans cesse l’effrayait. Et ces maudits deux pattes ! Brrr, de sales bêtes que ceux là ! En plus ils se servent de quatre pattes pour arriver à leurs fins. M’enfin, qui est il pour juger ? Un simple renard. Un tout petit renard. Un minuscule renard impuissant…
La fatigue se fait sentir. Ses poursuivants commencent à le rattraper. Il ne se demande plus qu’une chose : combien de temps lui reste t’il à vivre ?
Nouveau tournant, nouvelle esquive de projectile. Devant lui se dresse à présent un autre deux patte, mais sans monture, lui. Sa dernière chance est de passer entre ses jambes et de disparaître dans la forêt… ou dans l’estomac d’un des chiens.
Rifis se sert des dernières forces qu’il lui reste pour courir plus vite que jamais quand soudain… le noir. Il semble que le deux patte sous lequel il passait l’ai attrapé et enfermé dans un sac. C’était donc terminé. Il allait mourir.
Rifis ferme les yeux et tente de distinguer les sons alentours. On dirait une discussion… dommage qu’il ne comprenne rien au langage de ces barbares !
Le débat terminé, le sac se met à bouger ; visiblement il est toujours avec le deux pattes à pied, vu les mouvements qu’il sent à travers le tissu. C’est rassurant : même s’il doit mourir, au moins, ce ne sera pas dévoré par les chiens.


[Fin soutien C]

C’est court mais c’était juste pour montrer ce qu’avait ressenti Rifis à ce moment là.

_________________
I look at the world trough apple eyes... ~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elias
Shaman
Elias

Nombre de messages : 41
Age : 30
Pays : pays de la Guilde
Date d'inscription : 24/02/2008

Feuille de personnage
Ecus: 1000
Niveau:
10/20  (10/20)
Equipement:

MessageSujet: Re: Tear - Rifis   Sam 14 Juin - 15:04

la qualitée du recit est tout simplement magnifique vivement un futur pr je sens que sa va etre bien
(PS: sans rapport mais si altair a des magnére de ruste c est justement que c en est un et qu il n a de respect pour personne pas par flem narative XD)

sinon j aime deja ton perso avec se coté je te detrouss mais t est content c est la classe totale

comme tu l aura constatée mon ortogaphe et mon amour de la ponctuation sont deplorable mais bon en RP je fait gaffe (le premier qui rigole je le tappe)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tear
Marchand
Tear

Nombre de messages : 124
Age : 26
Pays : Sur les routes
Date d'inscription : 12/06/2008

Feuille de personnage
Ecus: 1300
Niveau:
7/20  (7/20)
Equipement:

MessageSujet: Re: Tear - Rifis   Dim 15 Juin - 2:17

[Soutien B] [Partie I]

[Tear] Humpf ! Pas fameux, ce client là. C’est à peine si j’ai pu en tirer un bénéfice ! Comme quoi… la vente de tissu, ça rapporte pas toujours.

Tear ouvre son sac pour permettre à Rifis de sortir.

[Tear] M’enfin c’est sûr que ça ne vaudra jamais notre première affaire…

« La neige continue de tomber…

[Tear] C’est bon, ils sont partis.

Le jeune homme ouvre son sac et en sort le renard. Celui-ci se met à grogner.

[Tear] Hé ! Tu pourrais être un peu plus gentil ! Après tout, je viens quand même de te sauver la vie !

Le petit animal se met à remuer pour se défaire de l’emprise du marchand.

[Tear] C’est bon, calme moi…

Tear dépose le renard à ses pieds.

[Tear] Aller ! File ! Et évite les types avec des arcs… Après tout, qui sait, ils apprendrons peut être à viser juste un jour.

Tear reprend son chemin, les mains dans les poches et la tête baissée en se demandant où il allait trouver un endroit où coucher cette nuit… Il marche pendant plusieurs minutes, jusqu’à entendre un craquement de branche derrière lui. Suivi ? Lui ? Mais… il n’en vaut pas la peine. Un loup ? Pourquoi faire ? Avec le peu de viande qu’il a autour de ses petits os… c’est autre chose… le cavalier venait il se venger ? Après tout, il n’est qu’un « manant », un misérable qui vagabonde sur les routes… sa disparition ne ferait de peine à personne.
Quoi que ce soit, il doit se retourner et lui faire face. Tear sort sa petite dague et pivote.


[Tear] Que me voulez vous ?!

Devant lui, rien… Il range sa dague.

[Tear] Pff… la faim me rend parano, j’vois que ça…

Il reprend son chemin, un brin rassuré, jusqu’à entendre un nouveau craquement. Cette fois, il n’avait pas rêvé. Le son était d’ailleurs plus proche que le précédent. D’un mouvement rapide, il exécute un demi tour et ressort son arme.

[Tear] Montrez vous !

Toujours rien… devenait il fou ? Il avait bougé bien trop vite, impossible pour un homme de se cacher si rapidement… Il sens un souffle chaud sur son mollet et, surpris, sursaute puis tombe en arrière.

[Tear] Qu’es-ce que… toi ?!

Devant lui se tient le petit renard qu’il avait relâché tantôt.

[Tear] Je t’ai dit de partir ! Je ne peux pas m’occuper de toi !

Pour toute réponse, il se fait simplement lécher la main par l’animal. Il la retire brusquement.

[Tear] Laisse moi je te dis ! Je suis un homme ! Une bête féroce !

Il tape du pied pour effrayer le renard. Celui-ci recule légèrement, puis recommence à lui lécher la main.

[Tear] Borné, hein ? Bon, puisque tu y tiens…

Il saisit la boule de poil et la porte au niveau de sa tête.

[Tear] Va falloir te trouver un nom alors. Que penses tu de… hum… Rifis ? Oui, ça sonne bien, Rifis !

Rifis saute dans les bras de Tear qui n’arrive pas à réprimander un sourire. Il n’est plus seul, maintenant…

[Tear] Ah, par contre, va falloir gagner ton pain ! J’ai pas de sous, alors si je dois en plus te nourrir…

Rifis ferme les yeux. Il semble dormir.

[Tear] Ça fait toujours plaisir de se sentir écouté… bon, aller, dors ! Mais je te préviens, on en reparle demain matin.

Il s’installe au bord de la route, le renard toujours dans ses bras, et ferme à son tour les yeux…

_________________
I look at the world trough apple eyes... ~~


Dernière édition par Tear le Dim 15 Juin - 4:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tear
Marchand
Tear

Nombre de messages : 124
Age : 26
Pays : Sur les routes
Date d'inscription : 12/06/2008

Feuille de personnage
Ecus: 1300
Niveau:
7/20  (7/20)
Equipement:

MessageSujet: Re: Tear - Rifis   Dim 15 Juin - 2:26

[Soutien B] [Partie II]

[Tear] Ah ! Le soleil se lève et cette satanée neige s’arête enfin de tomber ! C’est pas trop tôt ! T’es d’accord avec moi, Rifis ?

Tear se tourne vers l’endroit où aurait dû être son compagnon ; mais il ne trouve rien. Il jette un œil autour de lui, mais même résultat. Il plonge alors sa tête dans ses mains.

[Tear] Quel sot je suis… dire qu’un moment j’y ai cru ! S’il m’a suivit, c’est simplement qu’il avait peur de regagner la forêt après ce qui s’était passé ! Mais le jour se levant, il a retrouvé son courage et il est parti…

Une larme roule sur sa joue. Il la chasse d’un revers de main.

[Tear] Imbécile…

Il se lève, essuie ses vêtements, prend ses sacoches, et se prépare à poursuivre sa route quand… paf. Il trébuche et s’étale de tout son long sur le sol.

[Tear] Mais… quoi encore ?! A ce rythme, je vais passer plus de temps couché que debout !

Il se retourne sur le dos pour voir la cause de sa chute, et sens un poids s’écraser sur lui : un petit renard roux…

[Tear] Toi !

Instinctivement, il le saisit et le serre dans ses bras.

[Tear] Bon sang ! Tu m’as fait peur ! Mais où étais tu ?

Il relâche son étreinte et constate que l’animal tient une sorte de rat dans sa gueule.

[Tear] Ah, je vois… petit creux matinal ? T’aurais pu penser aux copains…

Tear s’installe avec son compagnon sur le bord de la route, pour lui laisser le temps de manger. Il en profite pour réfléchir : il faut qu’il trouve un moyen de se remplir la bourse, ou la faim aura raison de lui. C’est alors qu’une idée lui vient…

[Tear] Dis moi… elle est bien épaisse, ta fourrure.

Le renard lève les yeux de son assiette improvisée et le dévisage d’un air perplexe.

[Tear] Je crois que j’ai une idée.

Et sur ces mots, il saisit sa dague…



Tear arrive en ville ; Rifis ne le suit pas. Il aborde un passant à l’air assez fortuné et entame la discussion sur le prix d’un article.

[Tear] Oui, comme je vous le dit, une belle bête !
[Passant] Vous êtes sûr que c’est un renard roux ?
[Tear] Ah ! Mais ça se voit à sa fourrure voyons ! Regardez !

Il plonge sa main dans une de ses sacoches et pend un renard mort par la queue devant le passant.

[Passant] Belle bête en effet ! Où l’avez-vous trouvée ?
[Tear] En forêt. Par chance, elle s’est glisse d’elle-même dans mon sac en sentant la nourriture.
[Passant] Fabuleux ! Et il n’y a même pas de trace sur le corps ! Comment l’avez-vous tuée ?
[Tear] Etouffée.
[Passant] C’est parfait. C’est exactement ce qu’il me faut ! Je vous en donne 600 pièces.
[Tear] 600 pièces ? C’est peu… vous pourriez faire un effort.
[Passant] Pardon ?
[Tear] Vous trouverez rarement des bêtes de cette qualité, sans trace de blessure… Je pense que 700 serait un prix convenable. Et encore ! Vous faites une affaire !
[Passant] 700 ?! Mais vous êtes… complètement malade !
[Tear] Ah ? Bon, et bien si c’est le cas, nous ne pouvons pas faire affaire. Je m’en vais de ce pas trouver un client plus conciliant.

Tear remet le renard dans une des sacoches accrochées à sa ceinture et tourne les talons.

[Passant] Attendez ! C’est bon, je vais payer… 700 dites vous ?

Le passant remet l’argent au marchand qui décroche une de ses sacoches et la lui remet. Le client entrouvre celle-ci, puis la referme d’un air content de lui avant de s’en aller.

[Tear] Pas même un au revoir… quel client malpoli.

Tear attend que le passant soit hors de vue et ouvre une de ses sacoches. Il en sort un Rifis pas si mort que ça.

[Tear] Et bien ! T’es vraiment un bon acteur, toi !

Le renard se lèche distraitement la patte : il semble satisfait de sa performance.

[Tear] Ce type n’y a vu que du feu ! En plus, le faux paquet qu’on avait fabriqué était… parfait : trois pierres enroulées dans du tissu orange, le tout caché sous des tas de poils de renard que je t’ai coupé au préalable.

L’animal lui mordille les doigts.

[Tear] C’est bon, ne te fâches pas… Je t’en ai laissé je te signale ! Bon, c’est vrai qu’une fourrure d’été, c’est moyen en hiver mais… le printemps n’est pas loin. En attendant tu peux toujours te mettre à l’abri dans un de mes sacs si tu as vraiment froid.

Et les deux compagnons s’en vont, côte à côte, avant que le pot aux roses ne soit découvert. »

Ah ah ah ! Ce jour là, nous avons signé le début d’une longue série d’arnaques ! Et ce n’est pas près de s’arrêter !

Rifis se blottit dans les bras de son ami.

[Tear] Rifis… Je me souviendrai toujours de ce jour, surtout suite à ce qui s’est passé, peu de temps après…

[Fin du soutien B]

Je sais, ce texte aurait plus sa place dans la partie "biographie" comme son ainé mais... Pour la biographie, je penses qu'écrire l'histoire de Tear avant sa rencontre avec Rifis peut être pas mal, vu qu'ils ne se connaissent que depuis un an. ^^

_________________
I look at the world trough apple eyes... ~~


Dernière édition par Tear le Dim 15 Juin - 4:30, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Altaïr
Myrmidon
Altaïr

Nombre de messages : 296
Age : 30
Pays : ???
Date d'inscription : 03/02/2008

Feuille de personnage
Ecus: 520
Niveau:
4/20  (4/20)
Equipement:

MessageSujet: Re: Tear - Rifis   Dim 15 Juin - 2:27

c est beauuuuuu

au fait tu compte fair 1 ou 2 personage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tear
Marchand
Tear

Nombre de messages : 124
Age : 26
Pays : Sur les routes
Date d'inscription : 12/06/2008

Feuille de personnage
Ecus: 1300
Niveau:
7/20  (7/20)
Equipement:

MessageSujet: Re: Tear - Rifis   Dim 15 Juin - 2:30

Un seul, pour le moment en tout cas.

_________________
I look at the world trough apple eyes... ~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rindar

Rindar

Nombre de messages : 177
Age : 23
Pays : Guilde des Mages du Ciel.
Date d'inscription : 12/02/2008

Feuille de personnage
Ecus: 1040
Niveau:
8/20  (8/20)
Equipement:

MessageSujet: Re: Tear - Rifis   Dim 15 Juin - 4:14

J'aime bien. Surtout le passage avec les Cavaliers. n_n
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rindar.skyrock.com
Tear
Marchand
Tear

Nombre de messages : 124
Age : 26
Pays : Sur les routes
Date d'inscription : 12/06/2008

Feuille de personnage
Ecus: 1300
Niveau:
7/20  (7/20)
Equipement:

MessageSujet: Re: Tear - Rifis   Dim 15 Juin - 6:45

[Soutien A]

« Tear et Rifis sont assis sur une vieille souche, au bord de la route. Le jeune homme contemple la bourse qui contient toute sa fortune.

[Tear] C’est parfait Rifis. Avec ça on a de quoi se payer une bonne chambre et un bon repas !

Le marchand passe énergiquement sa main sur la tête de son compagnon pour lui montrer son contentement et lui jette un morceau de viande séchée qu’il vient d’acheter.

[Tear] Mange bien ; on n’aura pas ça tous les jours.

Le renard mâchonne sa nourriture voracement : après tout, il l’a bien méritée. Tear quant à lui regarde le ciel d’un air songeur… Le printemps arrive dans à peine plus d’un mois, il va devoir changer de marchandise s’il veut continuer à faire des bénéfices.
Rifis, après avoir fini de manger, pose sa tête sur les genoux de son complice et s’endort.


[Tear] Pff… quand ça ne mange pas, ça dort. Franchement j’imaginais les renards plus actifs.

Pour toute réponse, un simple coup de queue.

[Tear] Bah ! Vas y, repose toi. Mais pas trop longtemps : faut qu’on atteigne la prochaine ville avant la nuit.
[???] Et pourquoi ?

Tear, surpris, se redresse rapidement, ce qui fait tomber Rifis de ses genoux. Devant lui se tiennent six hommes bien musclés et armés d’haches.

[???] Donne nous ton fric !
[Tear] J’imagine que ce n’est pas une quête pour l’église ?
[???] Tout juste !
[Tear] Vous seriez donc bûcherons ?
[???] Euh… non.
[Tear] Alors vous n’avez pas besoin de mon argent.

Tear se rassoit et sort un nouveau morceau de viande de sa sacoche.

[???] Joue pas au malin ! Prend pas les bandits pour des idiots !
[Tear] Votre cas n’est donc pas une généralité ?
[???] Beeeeuh ?

Pas malins, ces gens là ; pas malins du genre dangereux : visiblement, ils n’aiment pas ne pas comprendre. Pourtant, à force, ils devraient être habitués.

[???] Arrête de nous prendre pour des idiots !
[Tear] Je dois vous prendre pour quoi alors ?
[???] Y’en à marre ! Vous autres, attaquez le !
[Tear] Le combat est inégal : un contre six.
[???] Ouaip, je sais.
[Tear] M’enfin moi je dis ça pour vous…

Un des bandits approche, pensant pouvoir y arriver seul, mais se fait étaler d’un coup de pied dans le torse.

[Tear] D’autres volontaires ?

Tear sort sa dague, près à se battre jusqu’au bout, même si le combat est joué d’avance en faveur de l’adversaire.

[???] Saisissez vous de lui !

Trois autres bandits se jettent sur lui. Tear tente de résister, mais il n’a pas le physique pour et finit rapidement à terre. Rifis bondit sur l’ennemi le plus proche et lui enfonce ses dents dans le mollet.

[Tear] Rifis…
[???] Saloperie ! Qu’on me bute ce truc !
[Tear] Quoi ?! Ne le touchez pas !

Tear se relève difficilement et donne un coup de boule à l’adversaire détenant Rifis entre ses mains, avant de se retrouver à nouveau à terre suite à un violent coup de poing. Rifis s’enfuit en courant dans la forêt.

[Tear] Sauve… toi…
[???] Laissez filer le rat ! On a juste besoin de l’argent de ce type !
[Tear] …

Le jeune marchand n’a plus la force de lutter. Les bandits lui subsistent l’argent qu’il possède, ainsi que la viande qu’il vient d’acheter, et s’en vont. Evidemment, ils n’ont pas oublié de le rouer de coups avant. Tear perd connaissance…
A son réveil, il est toujours sur la même route, mais il semble que le jour commence à se lever… il serait donc resté inconscient plus d’une demi journée ?
Instinctivement, il se tâte et réalise que toutes ses sacoches sont vides, et que le seul trésor qu’il lui reste est sa dague, tombée à quelques mètres de là. Rifis n’était pas revenu, et il ne lui en veut pas : il sera probablement plus heureux dans la forêt.
Tear se relève difficilement, il est couvert de bleus. Son bras droit semble avoir des cicatrices tout juste refermées, et sa jambe gauche est méconnaissable.
Il commence à marcher, ne sachant pas vraiment où il va. Il n’a plus rien. Tout son argent s’est envolé, la faim commence à le tirailler et cette saleté de neige recommence à tomber, comme pour le narguer. Mais le plus douloureux dans l’histoire, c’est qu’il ait perdu Rifis…
Il avance. Toujours tout droit, se traînant avec les dernières forces qu’il lui reste. Le suicide peut être ? Après tout, a quoi sert il sur cette maudite terre ? A absolument rien… Depuis toujours, il ne se bat que pour survivre et maintenant il a perdu toute envie de lutter. Oui… il allait trouver un ravin, se jeter dedans et disparaître… disparaître à tout jamais…



Mais qu’es-ce que c’est que cette mentalité ? Se suicider ? Et ça t’avancerait à quoi, pauvre idiot ? Plutôt que de te lamenter, chercher plutôt un moyen de t’en sortir. Tear accélère le rythme, pour se rapprocher le plus près de la forêt et commence à hurler :


[Tear] RIFIS ! RIFIS !

Aucunes réponses. Oui, bien sûr, un renard ne parle pas… Mais aucun mouvement dans les buissons, et aucune touffe de poils oranges se dessinant sur la neige. Il est donc seul… Rifis avait dû s’avancer trop profondément dans les bois : même s’il avait voulu le rejoindre, il n’aurait pas retrouvé le chemin.
Il faut donc continuer comme au commencement, avec pour seules compagnes sa tête passablement bien remplie et une dague à peine bonne à couper des fruits. En parlant de fruit, il mangerait bien une pomme…



Enfin bon, c’est pas le moment de s’égarer. Il faut continuer sa route. Tear avance donc, malgré ses difficultés, jusqu’à entendre un homme hurler de colère. Il traverse le morceau de bois qui le séparait, lui et cet être à la voix si… dure, pour constater que ce n’est qu’un modeste éleveur de poule courant après un renard.



Un renard ? Serait il possible que… mais oui ! Ces poils courts, en plein hiver, ça ne peut être que… lui ! Tear perd soudain toute notion de la douleur. Il court vers l’homme quand soudain… il s’arrête. Qu’allait il lui dire ? Que c’est son renard ? Non. Il devrait rembourser les dégâts et il ne pouvait pas. Que faire ? Il réfléchit quelques instants puis s’avance, d’un pas qu’il tente de faire passer pour assuré, vers l’homme qui s’arrête de courir et d’hurler en le voyant.


[Tear] Ah, de sales bêtes, n’es-ce pas ?
[Homme] Que me voulez vous ?
[Tear] Vous proposer mes services.
[Homme] Vos services ?
[Tear] Je suis… chasseur de renard. Je me déplace par ci, par là, à la recherche de lieux où je pourrais proposer mes services.
[Homme] Désolé, mais j’ai pas besoin de vous.
[Tear] Pourtant, on ne dirait pas.
[Homme] Peuh ! Je vais l’attraper cette bête et elle fera moins la maligne !
[Tear] Une bête, je suis bien d’accord mais… plusieurs ?
[Homme] Comment ça ?
[Tear] Vous n’êtes donc pas au courant ?! Voila qui explique tout !
[Homme] Expliquer QUOI ?
[Tear] Ben… que vous sembliez si sûr de vous. Vous ne savez pas que c’est la saison des renards et des loups ?
[Homme] Des… des loups ?

L’homme semble soudain s’intéresser à cette histoire.

[Tear] En effet. Il y a des conflits, par delà les bois, et le gibier se fait rare car les armées rivales se l’accaparent. En bref, les loups et les renards n’ont plus de quoi se nourrir ! Vous êtes en bordure de forêt, il ne serait pas étonnant qu’ils viennent par meute pour se rassasier d’une ou deux de vos poules.
[Homme] Mes poules ?! Ah ! Bah ça, jamais !
[Tear] C’est pourquoi je viens vous proposer mes services, moi, Tear Perce…poulet. Si je ne vous satisfais pas, vous pouvez toujours me renvoyer.
[Homme] Et combien ça va me coûter ?
[Tear] Douze œufs par jours, et l’autorisation de dormir dans le poulailler.
[Homme] C’est cher. Et qui me dit que vous n’allez pas… ?
[Tear] Voler des œufs ? M’enfuir ? Vous n’avez qu’a le fermer à clé après que je sois rentré dedans.
[Homme] Mouais… n’empêche que c’est pas donné, vos services.
[Tear] Bien, je peux très bien voir ailleurs.

Argh ! Mauvais réflexe : il ne faut pas négocier le meilleur prix, là, il faut simplement rentrer dans la place… maudite déformation professionnelle !

[Homme] Bon, va pour huit œufs, mais pas douze !
[Tear] J’imagine que je peux faire un effort…
[Homme] Vous avez encore une chose à dire ?
[Tear] Je garde les prises pour moi, pour pouvoir les revendre.
[Homme] Si vous voulez, tant qu’il n’arrive rien à mes poules !

Gagné.

[Homme] Vous pouvez commencer tout de suite, m’sieur Percepoulet ?
[Tear] Bien évidemment.

Sur ces mots, l’homme retourne dans sa maison à côté du poulailler. Tear se met hors de vue des fenêtres et dit :

[Tear] Rifis !

Le renard, reconnaissant la voix de son ami, accourt à toute vitesse et se jette dans ses bras.

[Tear] Encore en train de t’amuser avec ces pauvres poules ? T’étonne pas si un jour tu te retrouve pendu la queue en l’air !

Comme réponse, une léchouille affectueuse du visage.

[Tear] En tout cas… merci. Grâce à toi nous avons un endroit où passer l’hiver, et de quoi manger !

Et il le serre contre lui. »

Ce jour là, tu m’as sauvé la vie. Tu ne t’en es peut être pas rendu compte, mais c’est vrai, et pour ça, je te serais éternellement reconnaissant !

Et il jette un morceau de viande séchée à son compagnon, comme celle qu’ils avaient mangé ensemble, ce jour là…

[Tear] Tu es mon ami… mon seul ami.

[Fin du soutien A]

Et voila. Fin des soutiens Tear-Rifis. J’espère que vous avez passé un agréable moment de lecture ou, au moins, aussi agréable que le moment que j’ai passé à écrire ce texte. ^^

_________________
I look at the world trough apple eyes... ~~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rindar

Rindar

Nombre de messages : 177
Age : 23
Pays : Guilde des Mages du Ciel.
Date d'inscription : 12/02/2008

Feuille de personnage
Ecus: 1040
Niveau:
8/20  (8/20)
Equipement:

MessageSujet: Re: Tear - Rifis   Dim 15 Juin - 11:19

J'ai beaucoup apprécié. =D Tear Percepoulet ( x3 ), l'homme qui murmurait à l'oreille des renards. clown 8D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rindar.skyrock.com
Altaïr
Myrmidon
Altaïr

Nombre de messages : 296
Age : 30
Pays : ???
Date d'inscription : 03/02/2008

Feuille de personnage
Ecus: 520
Niveau:
4/20  (4/20)
Equipement:

MessageSujet: Re: Tear - Rifis   Dim 15 Juin - 12:40

ouia il y a pas a dire ta la classe sur le RP

et merci pour la lecture en plaine revision du bac cette petite pause est bien agréable
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tear - Rifis   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tear - Rifis
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» the danger is i'm dangerous and i might just tear you apart ? 29/10 - 21h07
» Tear « Vivre c'est mourir. Mourir c'est vivre. » (En cours)
» let the love tear us apart ? Aidan x Bowon ?
» « One day it would just drop out of the sky and tear down your world » [PV: Melo'!]
» I sing from the piano, tear my yellow dress and cry and cry...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire Emblem: Shadows of Tomorrow :: Rôle Play :: Dialogues de soutien-
Sauter vers: